14 > Le quai des Coteaux

Le bureau du port

En 1890,  Le Pellerin avait son bureau du port en bas de la rue du Port Chassé.
En 1902, son capitaine, Monsieur Petiteau, était responsable des bateaux qui partaient ou arrivaient avec des matériaux (chaux, vin, foin, roux, animaux). Il travaillait avec le poste de douane situé face au môle. Le Capitaine s’occupait également d’un bateau-lavoir qui fût installé en face de la minoterie Brissoneau.

La prison

Le juge de la Seigneurie du Bois-Tillac pouvait condamner à des peines de prison.
Il apparait vraisemblable que le local qui se prêtait à cette fonction était «rue de l’Anguille». Peut-on ajouter foi au récit populaire selon lequel certains fins prisonniers se faufilaient comme des anguilles au travers des barreaux de cette prison pour s’échapper ? C’est en tout cas de cette hypothèse que cette rue tient son nom.

La Villa Iris

Construite en 1905 par l’entrepreneur Pellerinais, M. Bichon, cette maison  en pierres de taille située 1 quai des Coteaux, fut un temps le siège des notables de la région, plus connu sous le nom de cercle républicain.  Une fresque en haut de son pignon représentait alors un iris.

La Foucauderie

Propriété de la famille Brillaud de Laujardière pendant plusieurs siècles, après avoir été celle de Blanchet de Fougères, le côté Nord de cette demeure domine la Loire. Coté sud, sa façade en pierres de tuffeau surplombe un grand parc avec une maison de gardien, des boxes à chevaux, un pressoir, des remises pour les calèches, un four à pains et un jardin potager.

Le Pigeonnier

À l’époque, les pigeons voyageurs étaient destinés à la correspondance entre les Seigneuries. Ce pigeonnier
appartenait à la Seigneurie du Bois Tillac.

Les bâtisses du quai des Coteaux

> La buvette de la terrasse

Datant de 1940, la buvette était tenue par Mme Chevalier puis par Mme Béziau. Des poissons de Loire au beurre blanc pouvaient y être dégustés.
Avec ses superbes balcons en bois, datant des années 1800 environ, cette demeure typique des bords de Loire fait partie du premier îlot d’habitation du Pellerin. En 1854, elle appartenait à la minoterie Brissoneau frères (meuniers) qui y logait le personnel.

La minoterie Brissoneau frères possédait un concasseur à grain de 4 meules, actionné par une machine à vapeur de 18 chevaux  afin de transformer le blé en farine. Elle était alors embarquée par voie fluviale vers Nantes.

> Le Marégraphe (appareil enregistrant la hauteur des marées)

Jolie construction carrée en briques surmontée d’un chapeau en zinc de forme pyramidale, le Marégraphe fut construit en 1900. On y accédait par une passerelle en bois.

> Le Cottage, appelé aujourd’hui La Corderie

Construit vers 1850, ce cottage sera la demeure du dernier descendant des seigneurs du Pellerin, Jean Phillipe Binet de Jasson, décédé en 1859.

Les élus

Suivez-nous : Facebook