Le Pôle associatif et culturel est baptisé Espace culturel Adine Riom

C’est officiel, le nouvel équipement communal réunissant aujourd’hui la médiathèque George-Sand, un pôle musique et très prochainement un pôle associatif, porte dorénavant le nom de la femme de lettres Pellerinaise Adine Riom.

Du 10 janvier au 5 février 2020, une grande consultation a permis aux Pellerinais, et notamment aux présidents d’associations culturelles, aux élus du Conseil municipal, du Conseil des Sages et du Conseil Municipal des Enfants, de prendre part au choix du nom du nouveau Pôle associatif et culturel de la ville.

Pour ce faire, les habitants avaient le choix entre 5 personnalités, liées à la culture et à la Loire :

► Adine Riom (1818 -1899)
Femme de lettres Pellerinaise.

► Jules Verne (1828-1905)
Écrivain à succès, natif de Nantes, ses romans d'aventures évoquant les progrès scientifiques et techniques du XIXème et XXème  siècle firent de lui un précurseur de la science-fiction.

► Anne de Bretagne (1477-1514)
Duchesse de Bretagne et Reine de France, elle développa un fort mécénat autour de l’art et de la culture.

► Léonard de Vinci (1452-1519)
Peintre, sculpteur, architecte, humaniste, botaniste ou encore homme de sciences, Léonard de Vinci terminera sa vie à Amboise, au bord de la Loire.

► Victor Hugo (1802-1885)
Écrivain, mais aussi homme politique engagé, Victor Hugo était originaire de Nantes par la famille de sa mère, Sophie Trebuchet.

À une large majorité de 228 voix (51%) sur 447 votants, le nom de la poétesse Pellerinaise Adine Riom a été choisi.

Ce choix, qui marque une véritable volonté des habitants de mettre en avant une personnalité locale, a été annoncé lundi 10 février au soir en Conseil municipal.

Qui était Adine Riom ?

Fille de Louis Broband, garde du corps de la sœur de Napoléon Bonaparte, Adine Riom, contraction de son véritable prénom Alexandrine, est née au Pellerin le 25 octobre 1818 dans le bâtiment de l’actuelle Mairie. Elle est également la petite-nièce de Joseph Fouché (homme politique français, particulièrement connu pour avoir été ministre de la Police sous le Directoire, le Consulat et l'Empire), également né au Pellerin.

À l’âge de 22 ans, elle épouse le notaire nantais Alexandre Eugène Riom et s’installe dans un hôtel particulier à Nantes, Boulevard Delorme (actuellement Boulevard Gabriel-Guist’hau).

Femme de lettres…

Comme toute femme de sa condition à cette époque, elle remplit ses devoirs religieux et familiaux, entourée de ses enfants, mais elle se consacre aussi à la poésie et organise à son domicile un salon littéraire (le premier de renom de Bretagne), où se réuniront de nombreux écrivains régionaux tels que Joseph Rousse, Émile Péhant, Eugène Lambert, Eugène Manuel, Émile Blin, Honoré Broutelle, Louis Tiercelin ou Olivier de Courcuff.

Adepte de l’école Lamartinienne, elle écrit sur la nature, la mort et l’amour, avec beaucoup de douceur et de spiritualité sous les pseudonymes de comte de Saint-Jean et de Louise d'Isole.

Sa poésie rencontre un vif succès auprès des critiques littéraires de l’époque, dont Victor Hugo et Lamartine.

Toute sa vie, Adine Riom reviendra régulièrement dans son lieu de villégiature, alors situé rue des Dames au Pellerin, y invitant parfois à séjourner ses amis écrivains les plus proches.

Elle s’éteint le 28 août 1899 à Nantes en laissant une œuvre importante et pourtant méconnue.

Suivez-nous : Facebook You Tube